A vos plumes !
Bonjour,
N'hésite surtout pas à t'inscrire sur ce forum. Je suis persuadé que tu t'y plairas, d'ailleurs ici personne n'est mécontent. Alors vient partager tes textes et ta soif de lectures avec nos écrivains.
Amicalement, en espérant vous voir bientôt sur le forum.
xAudrey =)



 
Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Clairevoyance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: Clairevoyance   Dim 2 Mai - 12:48

Prologue:

Elle roule sur la route. Elle roule... Elle roule.
Je ne compte plus le nombre d'heure que j'ai passé dans cette bagnole depuis les deux derniers jours, mais je dirais au moins 48 heures.
J'ai l'impression d'avoir fait le tour du monde...
Et dire qu'il me reste encore deux semaines de trajet.

-"Papa. On arrive dans combien de jours ?"
-"Où ça, ma chérie ? À Danville ou chez Tante Délina ?


Je ne voulais pas continuer. La peur d'entendre des chiffres supérieurs à 10 m'envahissait.

11 jours plus tard...

-"Revenez-nous voir bientôt !"
-"Bien sûr, Délina. Nous reviendrons dès qu'on le pourra."


Je sentais de l'ironie dans la phrase que venais de prononcer mon père. Cette nuit fût insupportable, tellement que nous avions oublié que nous nous sommes arrêtés chez Tante Délina pour nous reposer.
De retour dans la voiture, ma mère eu le besoin de se rassurer.

-"Tu veux vraiment retourner un jour dormir chez ta sœur ?"
-"Tu croyais vraiment que j'en avais envie ? Avec Grégoire qui ronflait à en vider ses poumons, les fenêtres qui laissaient passer les sauterelles et dormir sur le plancher, je peux t'assurer que je disais ça par politesse."


Ma mère semblait rassurée. C'est vrai que Oncle Grégoire ronflait comme... On ne sait pas trop quoi, mais les sauterelles n'étaient pas si dérangeante que ça.
J'en ai d'ailleurs attrapé une, mais elle a disparu à mon réveil ce matin.

deux jours plus tard...

J'ai beaucoup dormi. Je me demande bien en quelle année nous sommes. Où sont les voitures volantes qu'on nous avait promis en 2010 ? Sont-elles invisibles ? Quelle chance !
Je pris mon portable dans ma poche. Ma déception fut grande quand j'appris que nous étions toujours en 2010.
Je m'attendais déjà à rencontrer des cyborgs en leur disant que moi et ma famille sommes les derniers humains sur terre et leur demandant de parler en cyborgiens.
J'ai trop dormi dans la voiture. Il est temps de me remettre en tête certaines choses avant que je ne les oublies.
Déjà, qui suis-je?
Hum... Bonne question.
Je crois que ça me revient! Je crois que je m'appelle Jasmine Teller et je crois bien que j'ai 17 ans. Blocage total de mon cerveau, comme s'il ne voulait pas que je sache mon passé, un peu comme dans la série Kyle XY.
Je pris mon portable une nouvelle fois et fouillait un peu pour savoir s'il y avait des indices sur mon passé.
Je compris tout lorsque j'arriva à ma boite de récéption.
Il m'afficha: Vous n'avez aucun message...
Je suis une fille un peu difficile. J'ai été élevé comme une bourgeoise par mes parents.
Ma mère, Héléna Teller, est fille unique. Mon père, Charles Teller, a bien une sœur, qui est ma Tante Délina, bien que son mari, Oncle Grégoire et elle n'ont pas encore d'enfant. Autrement dit, je n'ai personne que je peux considérer comme compagnons d'enfance. Pas d'amis d'enfance, pas de frère, pas de sœur, pas de cousin ni de cousine.
Nombreuses sont les personnes qui ont voulu faire l'amiable avec moi, mais ces personnes ont des tonnes d'amis. Ils ne m'intéressent pas.
Ce qu'il me faut, c'est une personne qui ressente la même solitude que moi. Ainsi on pourra comprendre ce qu'on ressent et devenir de vrais amis. J'ai rencontré plusieurs garçons qui m'ont demandé si j'avais un "petit ami". Je ne connaissais pas cette nuance d'ami, mais vu que je n'avais pas d'ami tout court, je répondais par la négative.
Je déménage actuellement à Danville à Virginia depuis Tucson d'Arizona, tout ça c'est aux État-Unis.
On va m'inscrire au Lycée deBallmont.

J'espère que j'y trouverais quelqu'un d'intéressant là-bas...

avatar



Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Clairevoyance   Dim 2 Mai - 14:37

Chapitre I: Nouvel Ami


Me voilà donc à deBallmont. Je suis assise devant le bureau du proviseur.
Ma mère discute avec lui depuis... deux heures... ou peut-être deux jours ?
Si seulement il y avait quelque chose d'intéressant à regarder. Mais il y a quelque chose d'intéressant à écouter.
Au bout du couloir, il y a deux professeurs qui discutent de quelque chose... ou plutôt de quelqu'un.

-"Comment va le petit génie, aujourd'hui ?"

L'homme ne parlait pas sérieusement. Je sentais le ton ironique dans lequel il prononçais la phrase. L'autre, la femme, souriait un petit peu. Elle avait tout un tas de dossiers, et sa façon de marcher avec des talons en disait long sur sa personnalité. Elle est jeune et maladroite, ainsi qu'un peu étourdie. Aucun doute, c'est un professeur d'Anglais!

-"Qu'est ce que j'aimerais être voyante, moi aussi. J'aurai pu ainsi éviter les éclaboussure que la voiture ma faite en venant."

J'avais raison. Il pleuvait des cordes dehors, mais sa chemise n'est même pas mouillé. Elle a quand même oublié de changer son Jean. Il est taché de boue.
Mais n'empêche, la première phrase qu'elle a prononcé me turlupine.
Il y aurait un élève voyant dans le lycée ?

-"Dis moi tout. Il a combien de moyenne ?"
-"Tu exagère. C'est confidentiel ces choses là."


Ils ont une relation. Ils ont tous les deux des cernes sous les yeux. Avec un peu de chance, je peux deviner ce qu'il va répondre. "Il n'y aura plus de nuit torride comme hier soir ?"

-"Hier soir ne se reproduira plus, c'est ça ?"

Dommage...
Voilà qui est intéressant. Elle cherche dans ses notes. C'est le moment de tendre l'oreille.

-"Alors... Willer... W... W... Ah! Dan Willer. Il a 19,6 de moyenne pour l'instant."
-"Si ça, c'est pas de la tricherie..."
-"De toute façon, on ne peut pas prouver qu'il peut prédire les questions des contrôles"


Willer. Je sens déjà le charlatant à plein nez.
Ma mère est sortie du bureau, remerciant le proviseur.

-"C'est bon, ma chérie. Tu peux dès maintenant suivre les cours"

Elle avait le sourire quand elle me l'a dit. Moi un peu moins.

Quelques minutes plus tard...

J'entends le professeur maitriser son cours. Ils s'apprête à me présenter.
Il me fait entrer.

-"Tu peux aller t'assoir au second rang, à côté de Willer"

Tout le monde se remit à parler tout d'un coup. Ça faisait un bruit de fond avantageux.
J'en profitait pour parler sans que le professeur me remarque avec mon voisin tout en installant mes affaires.

-"À ce qu'on dit, tu es voyant ?"
-"Je préfère qu'on me qualifie de 'Magiliste Clairvoyant', ça sonne moins faux."


Ça existe ? Je n'avais pas très bien compris.
Il commençais a y avoir de l'agitation autour de nous. Lui, il ne lève même pas la tête.

-"De toute façon, je ne te crois pas, moi."

Il n'a pas réagi. Ça s'agitait de plus en plus. J'avais fini d'installer mes affaires, mais j'étais encore debout à le regarder. Il fini par me répondre:

-"Tu devrais t'assoir."

J'ai suivit son conseil. Je me suis assise et... Mon dieu!
J'ai sursauté. Un livre de français énorme m'est passé 10 centimètre au dessus de la tête! Je l'aurai pris en plein ventre si j'étais encore debout.
Mon voisin de devant s'excusait. J'ai tourné la tête en direction de mon voisin en direction de mon voisin de gauche, les yeux grand ouvert voulant dire: "Quoi ?"
Il eu un petit sourire voulant dire: "Tu me crois, maintenant ?".

Mon professeur cria. Le calme revint. Le cours commença mais je n'écoutait pas.
Je réfléchissait intensément...

avatar



Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Clairevoyance   Sam 15 Mai - 18:36

Whaou ! J'adore !
Franchement, c'est très bien écrit, sauf qu'à certains moments tu mélanges le passé simple/imparfait avec le présent, c'est un peu bizarre...
Mais sinon c'est super ! En plus tu ajoutes une petite touche d'humour si bien que le lecteur ne s'en lasse pas (j'ai tout dévorer d'un coup !). J'aime bien le début quand elle croit qu'elle a dormit des années et qu'elle veut voir des cyborgs. En tout cas, une chose est sûr, ton personnages n'a pas le notion du temps^^ Smile
En plus, cette histoire de voyance m'intrigue beaucoup ! Je me demande bien qui est Willer... Et d'après le titre, je suppose qu'ils vont devenir amis, cool Smile

Bref, j'attends la suite avec beaucoup d'impatience Very Happy

avatar



Féminin Messages : 74
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 23
Localisation : derrière toi... BOUH xD

Voir le profil de l'utilisateur http://journal-d-une-vampire.skyrock.com
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Clairevoyance   Mer 26 Mai - 14:38

-"Tu as des amis ?"
-"J'en avais."


Nous discutons depuis 30 minutes. Nous marchons sous les arbres aux feuilles roses, sur la terre sablé à côté des bâtiments d'une couleur bleuté.

-"Comment tu as su pour le livre ?"
-"Ne me demande pas pourquoi, mais je l'ai toujours su."


J'ai dans mon esprit, de moins en moins de doutes. Mais il faut que je m'en débarrasse de tous. J'ai décidé de lui faire passer un test.

-"Quatre"
-"De quoi, quatre ?"
-"C'est ça, non? Tu as quatre doigts dans ton dos ?"
-"Je n'ai même pas posé la question !"


Je fixai ma main. Le pouce, uniquement, replié.
Mais ça y est. Je sais. Ce gars est surement un cyborg venu du futur!
C'est simple à vérifier. Il suffira de l'arroser en justifiant que c'était pour s'amuser.

-"Retire cette idée stupide de ta tête immédiatement!"
-"Hé!!! Laisse mes pensées tranquilles."


Hum... Et puis quoi encore. Il veut faire la narration aussi ?
Mais un cyborg n'est pas censé être capable de lire dans les pensées.

-"Les cours sont terminés. On devrait rentrer."

Il dit ça, et on fini par se diriger vers le portail d'entrée.
J'avais un besoin fou de réfléchir... De comprendre ce qui se passe. Mais je comprenais les risques.
Il était toujours à côté de moi. Il ne m'observait pas, mais je sentais bien qu'il lisait encore, qu'il était concentré sur moi. Mais qu'est-ce que je risquais ? Il est humain après tout. Il avait l'air si inoffensif.
Pourtant, mon cerveau faisait blocus. Impossibilité totale de passer une réflexion.
Pourquoi ? Quels dangers encourrais-je qu'il sache que je me pose des questions sur lui ? En saurais-je assez pour me mettre dans une situation délicate ?
Aussi contradictoire que possible, mon cerveau m'empêchais de réfléchir, et pourtant il voulait absolument le savoir.

On approchait de la grille d'entrée.
Je savais que si je n'arrivais pas à détourner son attention, il pourrait lire dans mes pensées. C'était simple à régler. Le plus difficile est le fait que si je me mettais réfléchir pour trouver le moyen de détourner son attention, tout est fichu également.
C'est avec une aptitude impressionnante que j'ai pu comprendre tout ça, sans réfléchir...

La grille d'entrée se situait juste à côté du bâtiment des professeurs
C'est là que Miss Ilins, notre professeur d'anglais, sorti du bâtiment et se dirigeât vers la grille.
Elle se tourna vers nous et nous fît un signe.

-"See you tomorrow, you two."
-"Good bye, miss"


Il y avait tout ce qu'il fallait pour réagir. C'était pour moi le moment idéal.
Je fis le vide complet dans ma tête. À un tel point que je ne sentais plus mon esprit, que je ne me sentais plus marcher. Cela m'a pris 8 secondes. C'est une chose que je n'ai plus faîtes depuis très longtemps, et ça me prenais 3 secondes auparavant.
Au-delà de tout ce vide dans mon corps, je sentais mon cerveau réagir comme il le faisait avant.
Il se mit à tourner à toute vitesse et je sentais comme des câbles se connecter dans tout mon corps. J'avais des frissons, comme une tension électrique qui traversa tout le long de mes muscles.
J'ai réduit mes capacités de réflexion à zéro, au profit de mes réflexes et de mes capacités d'anticipations.

J'étais devenue un robot. Où plutôt un cyborg. Oui, un cyborg comme je les aimes.

J'étais dans l'incapacité totale de contrôler mon corps. Dans l'inconscience la plus profonde, j'ouvris la bouche. Je m'entendais parler, sans savoir même ce que j'allais dire.
Chaque mot que je prononçais me donnais une sensation de peur. Un peu comme si je leur faisais confiance.

Oui. Je faisais confiance aux mots que je prononçais.
Le silence est arrivé, la phrase s'est formée.

-"Tu crois que tu pourrais lire dans les pensées de Mademoiselle Ilins, à propos du contrôle de Lundi prochain ?"

Il me dévisagea d'une manière étrange. Je lui demandais qu'est ce qu'il n'allait pas. Il me répondit:

-"Je ne savais pas que tu allais me poser cette question."

Il la regarda, puis se concentra.

C'était l'occasion ou jamais! Je repris mon état normal. Ce fût instantané. Mon cerveau m'avait compris, et il jouait avec moi.
Il se mit à tourner à toute vitesse, dans l'autre sens.
Brusquement, les câbles électriques le long de mon corps se détacha, et je ne les sentais plus. Enfin je sentais mes jambes, puis mes bras, puis ma tête, puis ma bouche (C'est le plus important.).

Mes capacités de réflexion revenue à leur maximum, je repensai à ma journée.
Toutes mes pensées étaient directement suivis par de puissant flashbacks.

Tout moment où il s'est décrit,
"Je préfère Magiliste Clairvoyant"
Tout moment où il à parlé de lui,
"J'en avais"
Tout ce qu'il a avoué,
"Je l'ai toujours su"
Tout ça, me permettra de comprendre.
"Je ne savais pas"

avatar



Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Clairevoyance   Jeu 27 Mai - 21:35

L'an 60XX et des poussières...
Des milliers de robots scarabées extraterrestres
Envahissent la terre, la plongeant dans le chaos total.
Rares sont les humains survivants.
L'un d'entre eux est une fille courageuse.
Elle se prénomme Jasmine Teller...

Un jour, le Dr. Willer, un des quatre scientifiques encore vivant sur terre,
Se mit à pratiquer des expériences sur un corps d'humain inconscient, mais toujours vivant.
Il voulait créer un robot avec des capacités supérieurs, pouvant battre ces monstres.
Conscient qu'il ne connaissait pas le nom de ce jeune humain, il décida de l'appeler: Le projet X.

Plus tard, après un long voyage, Jasmine trouva le labo du docteur.
Elle décida d'y entrer.
Malheureusement, elle fut suivi par des robots ennemis.

Le Dr. Willer était sur le point de finaliser son projet,
Mais il fut capturé par les robots.
Le Dr. Willer pu sécuriser le projet dans une salle secrète avant d'être kidnappé.
Les robots n'ont pas pu l'anéantir.
Il espérait que quelqu'un puisse le trouver, et sauver notre monde de cette ère apocalyptique.
Il écrivit le mot de passe sur la porte de sécurité.
Il savait que les robots étaient incapables de lire notre langue.

Jasmine trouva le robot. Le mot de passe était: Dan Willer, le prénom du fils du docteur.
Il se trouvait dans un caisson avec des ailes d'anges. Il flottait.
Un BIP retenti. Les échos puissants de ce bruit sourd parvinrent jusqu'à la salle.
Surpris, Jasmine fit un pas en arrière, glissa sur un morceau de verre
Et se cogna la tête sur la table de contrôle.
Un tremblement survint. Une sorte d'explosion.
Tout commença à s'effondrer. Miraculeusement, les câbles électriques qui étaient connectés au caisson se détachèrent.
Le robot ouvra légèrement les yeux, apercevant Jasmine, inconsciente.
Les tremblements causa le renversement du caisson et le cassa...

Le jour se leva, Jasmine se réveilla.
Elle entendit une voix l'accueillant qui disait:
-"Bonjour, docteur."
Le robot fut programmé pour reconnaitre son créateur comme la première personne qu'il vit.

Jasmine continua son voyage avec son compagnon, Dan Willer, qu'elle surnomma: Megaman.
Megaman était capable de grandes choses. Sa faculté première est celle de la prédiction, et il pouvait lire dans les pensées.
Ensembles, ils partirent à la recherche du Dr. Willer.
Ainsi, la courageuse Jasmine et le puissant Megaman unirent leurs forces,
Afin de sauver le Dr. Willer de l'emprise des méchants, et ainsi, sauver leur monde.

FIN




Peut-être que mes idées sont un peu surréalistes. Mais n'empêche que j'adore la série Megaman.
Tous ces robots! Franchement, je ne peux pas rêver d'une meilleure série que celle-ci.
Elle n'était pas bien mon histoire ?

Bon. 40 ans se sont écoulés depuis ma première rencontre avec Dan.
Voilà ce qu'il s'est passé. Depuis que nous avons discuté au lycée, nous avons marché pour rentrer chez nous. Nous prenions le même chemin.
Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés devant une école maternelle.
À ce moment-là, il prononça les mots que je déteste le plus au monde...
"Attend moi là deux secondes."
Depuis, ça fait presque 40 ans, jour pour jour, que je l'attends là...
Le voilà qu'il arrive.

-"Désolé de t'avoir fais attendre."
-"Attendre ? Ça fait quand même 40 ans que je t'attend!"
-"Ça ne fait que 40 minutes, non ?"
-"C'est trop quand même!"


Je partis sans me retourner. J'étais quand même un peu en colère.
Celui qui a dit qu'il ne faut jamais faire attendre une femme est un As.
Il courut pour me rattraper. Je le regardai. Il avait le sourire aux lèvres. Ce sourire me contamina, et je souris à mon tour.

Nous arrivions à l'intersection qui nous séparais. On s'arrêta. Le silence était complet. Pas une seule voiture roulais. Nous étions tout seul.
Le vent soufflait d'un air doux. Il regardait dans la direction où il devait aller. J'étais derrière, en le fixant. Mes cheveux étaient emportés par le vent. Je passai ma main au-dessus de mon oreille. C'est un geste que je fais souvent quand je suis embarrassée. Il se tourna finalement vers moi, et se pencha dans ma direction.

Un phénomène que je ne connaissais pas s'est produit. Ses lèvres entrèrent en contact avec ma joue. Mon corps, seul mes parents ont eu le privilège de le toucher.
N'était ce pas un peu prématuré comme geste, à notre niveau de relation ?

Il fallait agir vite. Je retenais ma respiration. Je fis le vide dans mon cerveau, provoquant ainsi sa déconnexion. Je stoppai mon sang de circuler, et j'arrêtai mon cœur un moment. Je contractais mes muscles et je bloquais mes articulations, uniquement pour tenir debout.
Il s'en alla, après m'avoir fais un dernier "coucou".
Une fois qu'il sortit de mon champ de vision, je me rétablis.
Mon cœur remarcha à nouveau, mon sang circula fluidement, mon cerveau se remit à tourner. Mes muscles fatigué finirent par se reposer. Mes articulations, une fois débloqué, me fournissaient une sensation agréable de liberté.

Je sentais les pores de ma peau dégager une chaleur. Mon cerveau se serra sur lui-même. Mon cœur se mit à jouer du tambour. Mon sang me monta à la tête.
Des gens passèrent et me regardèrent comme si j'étais une tomate...

J'arrivai devant chez moi. J'entendis une sirène de police sonner au loin. Pourtant, tout était calme.
Personne ici.
Je fixai ma nouvelle maison. J'observais ma nouvelle rue.
D'où j'étais, on ne pouvait voir que la fenêtre de ma cuisine.
La lumière était allumée. Ma mère cuisinais surement ma nourriture favorite pour mon entrée au lycée deBallmont.

J'espérais que tout se passerais comme avant.
Que j'entre, que je me dirige vers le placard y jeter mon sac comme une tas de poubelle.
Que mon père me demande, les pieds sur la table basse, en plein dans son canapé, en regardant la télé, "Comment ça a été au lycée, ma chérie ?", et que moi, sans répondre, je me dirige vers la cuisine voir ma mère.
Que je lui demande qu'est-ce que qu'on mange, et qu'elle me réponde avec une voix si douce et gracieuse: "Des spaghettis, crème chantilly pour toi bien entendu."
Qu'après ça, qu'on se regarde, et qu'on se sourit, et puis qu'on rit comme de vrais copines.

En effet, la toute première fois que nous avons mangés des spaghettis, ma mère mit de la mayonnaise pour remplacer la sauce bolognaise qu'elle n'avait pas acheté en faisant les courses pour les spaghettis. Confondant avec la mayonnaise, elle me mit de la crème chantilly. Durant le repas, tout le monde se demandait pourquoi mes spaghettis moussaient comme ça. Je leur répondais que ça avait un gout de gâteau d'anniversaire. Ce fut le moment le plus drôle de ma vie.


Il ne me restait plus que la rue à traverser, et j'étais chez moi. Comme on me l'avait appris depuis toujours, je regardais à gauche... puis à droite.
Finalement heureuse de pouvoir rentrer. Je pouvais réfléchir à la journée d'aujourd'hui plus concrètement, à l'abri des intrusions dans ma tête.

J'arrivais à la moitié de la rue. Je comptais le nombre de bande qu'il y avait sur le passage piéton. Je le faisais tout le temps quand j'étais à Tucson. Toutes les habitudes sont bonnes à prendre pour me sentir comme chez moi.
Le son de la sirène de police était de plus en plus fort, comme si ça se rapprochait. Ça me surprît. Je relevai la tête et regardais autour de moi.
Je tournai ma tête vers le sud, là où la route s'étendait au loin.

Le son d'un glissement de roue, très sourd, dans mon dos.
Le visage de l'homme terrorisé par sa vitesse incontrôlé.
Ma stupéfaction fut trop grande pour pouvoir réagir.
Le temps allait au ralenti, bien plus qu'à mon habitude.
J'entendais les cloches sonner, peut-être celles de mon arrivée.
Était-ce l'heure de m'en aller ?

Je sentis quelque chose me frapper sur le côté...

avatar



Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Clairevoyance   




Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Clairevoyance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A vos plumes ! :: La Bibliothèque :: Vos Oeuvres :: Oeuvres en cours :: Vos Romans-